Heaven can wait…

Mes cailles,

C’est décidé, si le vtt c’est bien… en fait le scoot c’est encore mieux ! Je m’explique, en descente c’est le pied ! Même pas besoin de pédaler, je suis une fusée/tornade/un cyclone/une bombasse ?! Pas vraiment… le brushing vtt style’, les yeux qui pleurent, la selle hyper haute et le guidon hyper bas… ne laissent aucune chance à la faschionista qui sommeille en moi de pouvoir s’exprimer ! Et encore, je n’ai ni le casque, ni le gilet jaune fluo de tout vététiste qui se respecte ! Donc la descente : ouiiiiiii, mais alors la remontée mes cailles… un calvaire !

J’ai beau jouer avec les vitesses, petit plateau-grand plateau ?! Je m’emmêle les pinceaux, je passe brusquement de la vitesse 6-7 à la 1, et là… c’est le drame, je mouline dans le vide, priant pour que la chaîne ne saute pas ! Je regarde les passants, dubitatifs me doubler dans la montée ! J’ai beau me raisonner :  »Allez, avec un peu d’entraînement j’arriverais à assurer ! Allez, si je persévère, cet été j’aurais des fesses en béton et des jambes en acier trempé » ! Et si, en effet le moindre mètre effectué à vélo, déculpabilise net mes séances kinder country/bueno/petit écolier/mars/lindor/milka etc… rien n’y fait, j’ai décidé d’arrêter !

On a donc remis en fonction le vieux scoot’ de Mister P., celui grâce auquel il emballait – grave – de la belette au lycée ! Bon, il est un peu old school, va falloir recustomiser tout ça ! Un p’tit coup de bombe rose bombec’, bleu pastel ou vert pistache et Yahhouhouuu, à moi la liiiberrrtée ! La route 66, les Hell’s Angels ! Va falloir que revois cette histoire de tatouage !  »Yo forever » ?! ça y est j’suis en mode Easy Rider, hippie, cooollll ! Sauf que… c’est les vacances, et qui dit vacances des enfants dit…. parents sous tension (arrgggh) ?!

Heureusement, on a dégoté un endroit PARADISIAQUE cet aprèm’ ! Une crique idyllique, bordée de petites maisons de pêcheurs perchées à flanc de falaise ! Un minuscule village aux citronniers odorants, et aux ruelles aussi étroites que bien nommées :  »de l’Impasse de la Dorade au chemin de la Favouille ». Au détour de chaque escalier, de fabuleuses vues nous sautaient aux yeux ! Il y avait ça et là quelques touristes venus découvrir ce petit Santorin local ! Ce n’étaient pas les cyclades, ce n’était pas le paradis mais ça y ressemblait étrangement ! Véritable havre de paix si vous oubliez les sonores  »Maaaaamaaaannnn » de mes petits ! (arfff).

C’est là, un peu plus haut dans la pinède, que j’ai aperçu le fantastique repère d’un pirate. Hissé au-dessus de sa terrasse, son fantasque pavillon flottait au gré du vent ! Et tout à coup, en réponse au bruissement de l’écume, il a fait péter le son, un bon vieux reggea qui m’a fait l’effet d’un oinj’ (ou de ce que j’imagine être l’effet dudit joint) ! Allongée sur la plage, le nez au soleil, les yeux fermés, j’ai fait un bon en arrière de 15 ans ! Souvenirs d’une crique en Grèce, semblable à celle-ci, d’un groupe de musicos baba-cool qui jouait cette musique ! De la sangria qui coulait à flot ! De l’insouciance… quand soudain, ce cri strident :  »MAaaaaaaaman ! On rennntreeee, j’ai faimmmm ! » !

Je vous embrasse les pirates,

Alys’

Publicités
Cet article a été publié dans Alys de Toulon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Heaven can wait…

  1. canada loose dit :

    Bah, alors, les petits écoliers, y sont passé où????!!!!!!!si tu les mange tous, pas étonnant que ton rêve de playa s’arrête trop vite!!!!!;)
    jte laisse, faut que je check mes bikinis!!!
    la biz et bonne caïpirinha!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s