Pétard mouillé….

Mes louves, (CL, j’ai l’impression qu’il n’y a pas de réseau à Montréal ! Plan B, au lieu de trainer au Starbucks – l’abus de Caramel Macchiato étant fortement déconseillé à l’approche de l’été – il paraît que dans les cyber-cafés ils captent internet, si si ! J’dis ça j’dis rien, nada, quetchi !!!!)

Et je commence avec la petite expression provençale du jour : « Oh Fan ! Je vais leur mettre le ouaille dans ce service, ils ne répondent jamais au téléphone !!!! Ils peignent la girafe ou quoi ?! » Et quand enfin quelqu’un deigne décrocher mais oublie de communiquer l’élément central du dossier, mon collègue craque et s’écrie : « Oh, mais il a une mémoire de gobie celui-là ! » (le gobie correspondant au poisson rouge de la Méditerranée) Je bosse un peu dans une cour de récré, mais j’adore vraiment l’expression de mes camarades de jeu/travail !!!!

Ce matin en arrivant au bureau, ô surprise, c’est la première fois de ma vie que ça m’arrive, je croise – éparpillés sur mon ordi, sur mes dossiers et mon pot à crayons – de beaux oeufs multicolores ! Des oeufs en chocolat emballés dans du papier jaune, vert, rose ou bleu fluo ! Ils brillent sous les rayons du soleil qui illuminent la pièce !!!! Je crois rêver, mais non, le lapin de Pâques est passé par là ! Je retombe en enfance, j’éclate de rire, j’ai des étoiles dans les yeux et je retrouve mes 10 ans (qui – mince après tout – ne sont pas si loin !) ! Ma réputation est déjà toute faite, je suis une incorrigible gourmande ! CL, je prépare moi AUSSI activement l’arrivée du maillot de bain ! J’embrasse ma collègue et je me redis que j’aime vraiment bosser ici !

Hier, il pleuvait des cordes, et c’est précisément en ce jour d’exceptionnel déluge que nous recevions  nos amis rhônalpins ! Ils se sont bien marrés : « C’est une légende en fait le beau temps dans le sud, nan ? ». Je ne sais pas pourquoi, dès qu’il pleut on reçoit des amis du nord ! Comme me l’a conseillé mon collègue : « Aaah, c’est pour ça ?! Et bien Alys, il faut arrêter d’inviter tes amis ! ». J’adore recevoir des potes, maintenant que nous sommes – presque – tous (jeunes et heureux) parents, c’est la fête à la maison ! On se retrouve à 10 en moins de 2, cernés par de joyeux et stridents cris d’enfants ! En fait, entre le moment de leur arrivée et l’extinction des feux pour les minots à 21h30 (Bah oui, je vous ai dit que c’était la fête!) on n’a pas eu le temps de se dire 2 mots ! On a enchaîné goûter/pipi/bain/pipi/repas/pipi/histoires dans un rythme de dingue ! Avec cette pluie, enfermés toute la journée, les enfants étaient comme des lions en cage !

22h, trois verres de crémant cul sec plus tard…. nous avons pu manger/papoter/nous poser/nous mettre en mode repos du guerrier ! Les enfants endormis, le calme retrouvé, notre pote Mich’ a résumé le fond de ma pensée : « Whaou, j’ai l’impression d’avoir changé des couches non-stop pendant 4h » (oui parce que ses minots avaient le bide retourné ! Un grand classique les minots malades pendant les vacances, sinon… ce ne seraient pas des vacances, hein ?!). Au digo’, Mich’ a évoqué ses lointains souvenirs de jeune/célib’/sans enfants et des voyages qu’il faisait/ou pouvait faire tranquilement (ça c’est moi qui le dis, pas lui!). Il nous raconte comment au Maroc, il a fumé le meilleur pétard de toute sa vie : « Un truc démentiel, j’avais vraiment l’impression d’être au paradis ». Tu m’étonnes, c’est si loin tout ça ! D’ailleurs, alors que le souvenir de cette époque se dissipe comme une fumée de pétard, un « Maaaammmaannn », retentit dans la nuit !

Aujourd’hui, il fait TRES beau, malgré un mistral de ouf’ ! Sur la plage, des touristes se font dorer la cuisse ! Quant à moi, je reste emmitouflée, bien au chaud dans ma veste d’hiver ! Et je les regarde songeuse : « Ooohhh, regarde la mer, comme c’est beau » ! Et je repense à cette conversation au bureau. Moi : « OOOOh, Paris, j’aime cette ville ! S’ils avaient la mer, ils auraient tout ce dont une ville peut rêver ! »… blanc dans la conversation, Montmartre, St Germain, le Marais, Rive droite, Rive gauche, l’élégance à la française, autant d’images qui se dissipent violemment lorsque tombe ce couperet, sans appel : « S’ils avaient la mer à Paris, ils ne viendraient pas nous EMBOUCANER !!!! ». Heureux qui comme Alys s’est prise à rêver !

With Al’l my love

Publicités
Cet article a été publié dans Alys de Toulon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s